La Maladie de GUMBORO (poulets)



Cette maladie immunodépressive touche la bourse de Fabricius et est considérée comme immunodépressive. Sa propagation à lieu sous deux formes :

- mode horizontal : les animaux sont en contact et la maladie se transmet par les fientes ou les voies aériennes.

- mode vertical : le virus se transmet par les parents : si les parents sont bien protégés, la maladie n’est pas transmise.

Cette maladie frappe essentiellement les poulets entre 3-6 semaines. Les animaux paraissent prostrés et frileux. Ceci correspond à l’apparition des symptômes car le virus peut attaquer des poussins de 1 jour.

Jusqu’à 10 semaines, les symptômes peuvent être exprimés, ensuite l’animal est dit porteur sain.

Le premier symptôme se caractérise par la diarrhée. En cas de forme aiguë, l’attaque à lieu entre 28-35 jours, avec une mortalité qui dure entre 7-8 jours et atteint jusqu’à 20% du lot en poulet industriel. En label on compte 15% de mortalité entre 30-45 jours.

Pour une deuxième bande, la mortalité sera entre 26-30 jours même si le poulailler a été bien désinfecté et tuera 10-15% du lot en indus. En label, on comptera environs 10% de mortalité entre 28-35 Jours.

La forme courant (non aiguë) se traduit par :

- des animaux affaiblis mais sans symptômes bien précis - une mortalité faible ou nulle - une morbidité (nombre d’animaux malades dans le lot) proche de 100 %

Pour identifier la maladie, il faut réaliser une autopsie, un examen histologique ou sérologique. On observera de la Bourse de Fabricius 2 à 3 jours suivant le début de la maladie. En cas de maladie, son volume est trois fois plus important que la normale. En revanche, au bout de 7-8 jours, elle est atrophiée. On observe également des pétéchies sur les muscles de la cuisse, les reins augmentent de volume et présentent des dépôts blanchâtres (urate=calcul).

A côté des pertes financières qui résultent du ralentissement de la croissance, on assiste aussi à une diminution voire à la suppression des réactions immunitaires. Il en résulte une sensibilité importante à toutes les autres infections.

Prophylaxie La vaccination est le seul mode de lutte. Dans les deux cas (forme courante ou aiguë), les anticorps maternels protègent le poussin pendant 12-25 jours si les reproducteurs ont été bien vaccinés. Cela permet au poussin de ne pas être contaminé à la naissance. Il y a ensuite inhibition entre les anticorps maternels et le virus vaccinal, d’ou l’importance du choix de la date de vaccination.

Selon le laboratoire, la date de vaccination sera différente car les virus sont plus ou moins atténués. Exemple : BUR 706 C’est un vaccin vivant à une souche intermédiaire qui peut s’utiliser à 1 jour. Ce vaccin ne s’emploie pas dans une eau à PH basique.

En zone non contaminée :

Indus : 1er vaccin = 1 j, rappel : 14 j Label : 1er vaccin = 1 j, rappel : 21 j En zone contaminée :

Indus : 1er vaccin = 1 j, rappel : 11 j, 3ème 21 j Label : 1er vaccin = 1 j, rappel : 21 j : 3ème 35 j

On peut éventuellement faire une prise de sang à un jour pour trouver le taux d’anticorps présents. Le laboratoire donnera une date de vaccination qui sera unique (entre 18-28 j) (ceci est valable que sur Intervet)

Il faut également veiller aux conditions d’hygiène et aux respects des normes d’élevage, surtout en hiver. Le virus résiste plusieurs semaines dans les litières. Un vide sanitaire correct est indispensable ainsi qu’un nettoyage et une désinfection.


Retour au menu des Maladies Virales
















Actualités

Calendrier des manifestations

Lire Plus...

Partenaires


Flag Counter



©2013-2015 BCDF.